jude

Jude

Jude, fils de Jacques (selon Luc) est aussi appelé Thaddée (Thaddaeus) ou encore Judas Thaddée, permettant ainsi de faire la distinction avec le traître Judas Iscariot.

Son identité diverge selon les traditions. Dans les Églises orientales par exemple, il est considéré comme l’un des quatre « frères » (ou plutôt cousins germains) de Jésus et donc, en même temps, de Jacques le Juste et de Simon le Zélote. Cependant, en occident, il est plutôt considéré comme l’un des fils de Jacques.

Jude est connu pour son tempérament fougueux. Comme Simon, il aurait été membre du groupe zélote avant de rejoindre Jésus. Il s’opposa à son père et découvrit l’universalité de l’amour grâce au message du Christ puis décida de le suivre en devenant son 9ème apôtre.

Jésus va rapprocher Jude et Simon le Zélote : « Viens, Simon qui n’as pas eu de fils. Viens Jude, qui perd ton père pour mon amour. Je vous unis dans un même destin “.

Durant la Cène, il interroge le Christ en ces mots : « Pourquoi te découvres-tu à nous et non pas au monde ? ». Celui-ci répondit alors « Si quelqu’un m’aime, il restera fidèle à ma parole, et mon Père l’aimera et nous viendrons vers lui et nous nous ferons chez lui une demeure.»

Après avoir prêché en Palestine, il se serait rendu en Syrie et en Mésopotamie (en Perse) où Simon le Zélote l’aurait rejoint, puis en Arménie. D’ailleurs, il est considéré comme le fondateur de l’Église arménienne selon la tradition de ce pays.

Encore une fois, les circonstances de sa mort varient selon les traditions. La plus commune déclare qu’il serait mort en martyre avec Simon le Zélote, en Perse ou près de Beyrouth, où il aurait été tué à coup de massue.

La tombe de Jude se trouverait dans une ancienne église arménienne (Ghara Kelisa), au nord de l’Iran. D’autres la situe plutôt en Turquie, à Edesse.

Aujourd’hui cependant, ses restes se trouveraient  à Rome, dans la basilique Saint-Pierre, avec ceux de l’apôtre Simon le Zélote.

Jude est souvent représenté avec une massue, objet de son martyre. De nombreuses représentations le montrent également en compagnie de son fidèle ami l’apôtre Simon le Zélote.

Dans la tradition catholique, il est fêté le 28 octobre, en même temps que Simon le Zélote. Les orthodoxes, quant à eux, le fêtent le 19 juin. Il est le saint patron des causes difficiles et de l’espoir.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *